Monday, October 28, 2013

French Focus#5

The French Presidents since Charles De Gaulle, by 2nd Ltt Arnaud Duchesne [Ex'13]

Saturday, October 5, 2013

Tony Parker à l'USAFA avec les Cadets Français

Le "Clune Arena" de l'USAFA a eu le plaisir d'accueillir, cette semaine, l'équipe NBA des Spurs de San Antonio. Lors d'un entraînement ouvert au public, Tony Parker et Boris Diaw ont reconnu les couleurs françaises parmi tous les supporteurs américains et n'ont pas hésité à venir à la rencontre des cadets français en échange.


Tony Parker et son équipe pourront assurément compter sur des encouragements nourris de la part du groupe français, samedi à Denver, pour leur prochain match.

Wednesday, October 2, 2013

Tuesday, October 1, 2013

Wednesday, September 4, 2013

French Focus #3

Third French Focus by 2nd Ltt Arnaud Duchesne [Ex'13] : La France aux mille couleurs

Tuesday, August 20, 2013

French Focus #2

Second French Focus by 2nd Ltt Arnaud Duchesne [Ex'13] : Une Promotion à l'Ecole de l'air

Tuesday, August 13, 2013

French Focus #1

A great initiative from 2nd Ltt Arnaud Duchesne, a 2013 French exchanger.

Today, the "EcoleS d'officier de l'armée de l'air".

Monday, July 29, 2013

L'Aventure Franco-Américaine 2012

Article issu de la lettre trimestrielle de la base Ecole de l'air, rédigé par la SLT Mathilde COSSET [Ex'12]. A voir en page 10.


Wednesday, July 24, 2013

Exchange 2009

Mathieu LOURENCO, Pierre CAGNAC, Florent BASTIEN, Damien CLAUSSE, Axel FAVREUL, Anthony LAPEYRE, Grégoire BAVANT et Chloé ROUGER

Thursday, July 11, 2013

Exchange 1995


Hugues POINTFER, Guillaume BELLIARD, Tony ROMERO, Marc JOYEAU,
Frédéric OHRENSTEIN, Julien DEZEMERY, Sarah CAMUS and François Régis VIGNEAU

Wednesday, July 10, 2013

Academy’s dean to retire

Posted 6/24/2013   Updated 6/25/2013 on the usafa website
By Amber Baillie, Academy Spirit staff writer
 


6/24/2013 - U.S. AIR FORCE ACADEMY, Colo -- After a rewarding and far-reaching career in the Air Force traveling the world, teaching at the Academy and serving as dean of the faculty here for nine years, Brig. Gen. Dana Born will retire on June 25, exactly 34 years from the day she first arrived here as an eager basic cadet.

Born, a 1983 graduate, has spent 30 years of commissioned service in the Air Force including time as an exchange officer with the Royal Australian Air Force, commander of the 11th Mission Support Squadron at Bolling Air Force Base, Washington, D.C., and much of her Air Force journey where her military life and success first began; the Air Force Academy.

"I came here with a big learning curve and will say I still have a big learning curve," Born said. "I think that's the neat thing about life, you keep learning (at) different levels, and that's what we hope to pass on to cadets as they graduate. Once you finish your bachelor's degree and get your commission from the Academy, it's really just the beginning. I think the same thing is true throughout people's careers. What we hope is that people are growing as leaders of character over their lifetime."

Born was appointed as the Academy's dean in 2004; she was the first woman to serve in that role. She also served as the Academy's chief architect for the Officer Development System and was the Academy's lead point of contact during the 2003 sexual assault scandal.

"I've seen a lot of the issues the Academy has been through and I think it's a great institution," Born said. "I'm proud to be a part of an institution that doesn't try to do deny that there are issues to face. Whether regarding sexual assault, gender, religion, drugs or honor, we've owned it and said, 'Let's do better.'"

Born said she's proud of the Academy's cadets, who are performing at a much higher level than she remembers in the past.

"Many of them are doing graduate-level work by the time they graduate," Born said. "I'm proud of the types of opportunities cadets have here, and excel at whether it's going off to graduate school upon graduation, in their international cultural immersion program, or unmanned aerial systems program. I'm proud that we now have that at the Academy."

Born said during her time at the Academy, she's seen a stronger culture of respect, a stronger culture of learning and stronger culture of accountability.

"That's something we across the Academy are working on," Born said. "I think it's important for new officers who are going to be entrusted with our nation's security that we have such a culture embedded in them and the behaviors that go with a culture of accountability."

Born said before she joined the service, she was a small town girl who knew little about the military and had never boarded a commercial airplane until she headed to the Academy in 1979.

"I think the strength of the program here helps already promising young men and women develop into reaching or being able to reach their fullest potential," Born said. "It's about integrity and helping them practice to live honorably with every decision, every statement they make and all they do here."

As dean, Born said her definition of success is "celebrating others' success and feeling a part of it with the mission to educate, train and inspire cadets to become officers of character motivated to lead the Air Force and service to our nation."

"While in this position I've had the opportunity to live with a passion of developing others, individually, in teams and in organizations," Born said. "It's been a terrific journey."

Upon retirement from the Air Force, Born will head to Boston with her husband and two daughters July 1 to teach at Harvard University in the Kennedy School of Government. She said she'll initially be teaching management leadership, work strategy organizational change, and within their executive programs.

"One of things that attracted me there is their mission isn't far from the mission my family and I have been a part of in terms of the Air Force and the Academy," Born said. "Their mission states, 'Ask what you can do to make the world a better place.'"

Born said people often ask her, "Have you accomplished everything you set out to accomplish?"

"I say, 'no' but feel very proud of what we, at the Academy, certainly the faculty and most especially the cadets, have accomplished in the time I've witnessed the Academy for nine years."

The Air Force is addictive to be a part of, she said.

"You really grow to love and be committed to a very important mission and the people that perform that mission," Born said. "As the dean, I've had a variety of interactions with students. Being able to participate in events across their experiences whether it's their 100s night celebration where they receive their assignments, marching out to Jacks Valley, running out to the rock for Recognition or performing a memorial ceremony. It's been a wonderful experience."

Born said her favorite site at the Academy is the Eagle and Fledglings statue near Mitchell Hall because it's symbolic of the education mission here: to develop cadets or "fledglings" she said, for independent flight.

"It displays a quote from a retired lieutenant colonel that says, 'Man's flight through life is sustained by the power of his knowledge,'" Born said. "That can be knowledge of self, knowledge of other people as a leader, or knowledge of understanding your enemy to be more effective in your offense or defense. I love that."

Born said as her time at the Academy comes to an end, it reminds her of lyrics from one of her favorite songs, "Hotel California" by the Eagles.

"'It says 'You can check out any time you like, but you can never leave,'" Born said. "What I'm going to miss is the day-to- day interactions with the students and faculty here. Whether that's in the classroom, on the athletic fields, down on the flight line, in Arnold Hall, at our various homes, on the ski slopes or in the community, it's that daily interaction of being with a very large family. There are many things at the Academy that I'll hold in my heart and in my mind, and want to stay contributing in any way I can in the future."

Aim high, aim higher, Born said.

"It's about valuing and empowering every person, and being resilient to work through challenging times to stay focused on the mission and vision and where you're trying to go," she said.

Born has made a positive difference in the lives of thousands of cadets at the Air Force Academy, said Brig. Gen. Gregory Lengyel, the Academy's commandant of cadets.

"She is one of the primary architects of our current Officer Development System, and she has skillfully led the cadets and faculty to make the Academy one of the elite academic institutions in the nation," Lengyel said. "General Born genuinely cares about every cadet's well-being and helping to make them better Air Force officers. She has been a great colleague and friend and we'll all miss her."

The general's retirement ceremony is scheduled for June 25 at 2 p.m. in the Falcon Club.

Thursday, May 23, 2013

Exchange 1999

The 1999 exchange American cadets:
And the French cadets:

Boris ZELEZNJAK, Eric KOESSLER, Cédric TRANCHON, Grégoire SERVENT, Anne STANEK,
Patrick BRYANT, Sébastien PAGES and Fabrice ROND

Sunday, April 28, 2013

After the wildfires, let's go planting

Published in USAFA local news:

Thanks all the DF Faculty that helped, Mountain Shadows residents have 720 new, young conifers growing in burn areas. Special thanks to those that have been stalwarts helping with all three of our events so far. Capt Ebony Cook is one of those—she’s a machine on the mountain. Also, note that we had three French Air Force officers working hard on their day off: Maj D’Oliveira in DFAN and two here doing short-term research work in Aero and Astro, Capt Fabien Niel and Capt Romain Rivat.

Sunday, February 10, 2013

André Yché [Ex'75] : "Ce n'est pas avec des troupes au sol qu'on fait progresser un modèle de civilisation"

Reproduction d'un article publié sur : Le Point.fr - Publié le 01/08/2012 à 10:48

Le contrôleur général des armées considère que la fin des opérations en Afghanistan conduira à réduire le volume de l'armée de terre. Explications.
André Yché.
André Yché. © MEIGNEUX/SIPA
Auteur récent du livre Quelle défense pour la France (Economica), André Yché est un ancien élève de l'École de l'air et de l'US Air Force Academy. Il fut le délégué aux restructurations du ministère de la Défense avant d'être directeur adjoint du cabinet civil et militaire du ministre de la Défense Alain Richard. Il est aujourd'hui membre du comité de direction du groupe de la Caisse des dépôts et président du directoire du groupe SNI (Société nationale immobilière), filiale immobilière de la Caisse des dépôts.
Le Point.fr : Les Français entament un nouveau cycle stratégique : ils rentrent d'Afghanistan, un nouveau livre blanc se prépare. Des évolutions suivront. Quelles doivent-elles être, à vos yeux ?
André Yché : Je crois effectivement que la fin des opérations en Afghanistan est aussi celle d'une époque. D'abord pour des raisons de psychologie collective et de politique des États occidentaux. Les opinions publiques occidentales n'accepteront plus des engagements de plusieurs dizaines de milliers d'hommes sur des théâtres extérieurs, sans limite de durée. Les orientations prises aux États-Unis à l'initiative de Barack Obama soulignent cette évolution en indiquant très clairement que des opérations extérieures de maintien de la paix ne sont plus envisageables à des échelles comparables à ce qui s'est fait en Afghanistan et en Irak. La prise de conscience porte sur le fait que, pour l'essentiel, les opérations de ce type doivent avoir pour but de régler une crise rapidement, pour rétablir une situation dégradée et les flux d'échanges. Mais de multiples expériences en ce sens nous apprennent qu'on ne saurait utiliser les armées de façon durable pour "conquérir les esprits et les coeurs". La promotion de valeurs occidentales, comme le respect des droits de l'homme, appartient à ce qu'il est convenu d'appeler le soft power, théorisé par Joseph Nye. Ce n'est pas avec des troupes au sol, avec les moyens militaires appartenant au hard power, qu'on fait progresser un modèle de civilisation.

J'entends vos arguments sur les opinions publiques, mais nous n'avons pas connu dans notre pays des protestations de masse contre la présence en Afghanistan. En plus de dix années de présence, les intellectuels, les partis politiques ou les organisations syndicales ne se sont que très peu exprimés sur le sujet. Le retour des soldats n'a pas été décidé par François Hollande sous la pression populaire...
Sur le constat, vous avez raison. Mais cette absence de débat repose à mes yeux sur un consensus entre la droite et la gauche, d'accord pour estimer que les missions longues sont une idée révolue. Dans la culture militaire française, la priorité est donnée à la défense du territoire national. C'est très clair à toutes les époques de notre histoire. Si on compare notre posture à celle de nos amis britanniques, elle est l'inverse de la nôtre. William Pitt disait : "Dès qu'il s'agit de commerce, nous sommes sur notre dernière ligne de défense ; il faut vaincre ou mourir." Aucun homme politique français n'a jamais pris une telle posture ! Mais lorsqu'il s'agit de défendre le territoire national, nous sommes prêts à tous les sacrifices comme durant la Première Guerre mondiale, quand le sens du sacrifice des combattants a atteint un niveau inimaginable !

Quelles conséquences en tirez-vous pour la période de réflexion qui s'ouvre actuellement ?
Les rédacteurs des deux précédents livres blancs ont été confrontés à une profonde rupture avec nos fondements culturels : notre conception des opérations extérieures incluant ce volet de pacification, de contre-insurrection, etc. est en contradiction avec ces fondements. À travers la construction européenne et la mondialisation, nous sommes entrés dans une civilisation de l'échange. La priorité accordée au maintien des flux - qu'ils soient ceux de l'information, du commerce, de la culture - caractérise notre époque et l'attitude qui avaient été celles de l'empire steppique de Gengis Khan, dont les brigades de cavalerie turco-mongoles garantissaient la circulation sur les milliers de kilomètres de la route de la soie. En opposition avec la permanence et la sanctuarisation du territoire que l'on retrouve en Iran, en Chine ou en Inde. Le parallèle est saisissant entre le contrôle des flux terrestres par Gengis Khan et celui des grandes voies océaniques par l'US Navy.

Quelle conséquence en tirez-vous pour la France ? Cette accentuation sur les "contrôles de flux" que vous appelez de vos voeux exige moins d'hommes sur le terrain...
Nous, Français, ne pouvons nous trouver dans une posture d'ensemble déconnectée de nos ambitions économiques ou culturelles. Nous avons effectivement besoin d'un format resserré. Loin d'exclure l'éventualité de nouveaux affrontements terrestres, je dis que, lorsque nous interviendrons, nous devrons le faire pour trois ou six mois, atteindre nos objectifs totalement ou partiellement, puis nous retirer. Le maintien durable de troupes au sol impose des relèves excessivement lourdes. En revanche, nous devons être capables d'interdire par la force l'utilisation des espaces aéro-terrestres et aéro-maritimes en conservant une capacité de frappe à distance, de maîtrise de l'espace informationnel global. Nous devons être capables de restaurer le droit, puis de nous retirer. Notre stratégie diplomatique doit être mise au service de ces principes. Pour ne prendre que cet exemple, une éventuelle future intervention au Nord-Mali ne saurait se concevoir sans un appui des Algériens.

Vous souhaitez donc réduire le volume de l'armée de terre, mais pas celui de la marine nationale ni de l'armée de l'air ?
On peut se poser la question des formats. En préservant des capacités essentielles. La capacité d'intervention avec nos alliés américains, avec lesquels nous devons être parfaitement compatibles, y compris si cela passe par une réduction du nombre d'appareils de combat. Mais pour préserver la capacité de projection de puissance, il faudra probablement faire des sacrifices sur le format de l'armée de terre.

Pour l'amener à une dimension comparable à celle de l'armée britannique, autour de 80 000 hommes ?
Je me garderai d'évoquer des chiffres précis. Ce dont je suis persuadé, c'est que le modèle vers lequel nous devons nous diriger, c'est le modèle britannique, notre partenaire. C'est avec lui que nous serons en phase sur cette idée de projection de puissance adaptée à la civilisation de l'échange. Une approche sur laquelle les Britanniques ont deux siècles d'avance sur nous. Nous sommes les seuls à pouvoir jouer ensemble dans ce registre-là. Je crois aussi aux rapprochements avec eux dans le nucléaire.

Si le président de la commission du livre blanc, Jean-Marie Guéhenno, ne vous demandait qu'un seul conseil, quel serait-il ?
Je lui proposerais de ne pas se laisser piéger dans une approche de programmation budgétaire, que sa préoccupation majeure doit consister à développer une vision stratégique cohérente avec notre posture diplomatique et nos choix économiques tournés vers la civilisation de l'échange. Sans oublier, s'agissant de la stratégie nucléaire, que l'espace européen relève clairement de nos enjeux vitaux.

Tuesday, January 15, 2013

Le général Pascal Valentin [Ex'79] a pris les rênes du Commandement européen de transport aérien

Reproduction d'un article publié sur le site : Opex360


Inauguré en septembre 2010 à Eindhoven (Pays-Bas) suite à une initiative franco-allemande lancée en 1999, le Commandement européen du transport aérien (European Air Transport Command, EATC) est généralement considéré comme étant une réussite en terme de mutualisation des capacités militaires.

Le principe est de mettre à la disposition d’un commandement unique 126 avions de transports des forces aériennes des quatre pays qui y prennent part, à savoir la France, l’Allemagne, les Pays-Bas et la Belgique.

C’est ainsi qu’un C-160 Transall français peut être mobilisé pour emporter du fret belge ou qu’un C-130 Hercules néerlandais est susceptible d’être sollicité pour transport des militaires allemands. Depuis sa création, l’EATC a assuré 7.500 missions, ce qui représente 22.000 tonnes de fret transportés et 200 ravitaillements en vol. Il peut également être mobilisé pour des opérations militaires de l’Union Européenne ou de l’OTAN.

Le commandement de l’EATC revient alternativement à la France et à l’Allemagne, ces deux pays étant les contributeurs les plus importants de cette structure, en apportant respectivement 35% et 38% de son financement.

En 2010, la direction de l’EATC avait été confiée au général allemand Jochen Both. Et ce dernier vient de passer le relai au général de division aérienne Pascal Valentin, qui dirigeait auparavant l’Ecole de Guerre, en présence du général Alexander Schnitger, chef d’état-major de l’armée de l’air néerlandaise et président de la Matrac (Multinational Air Transport Committee – Comité du transport aérien multinational).

Né en janvier 1959, le général Valentin a été admis à l’Ecole de l’air en 1978 dans le corps des officiers de l’Air. Au cours de sa scolarité, il fait partie d’un échange avec l’école de l’US Air Force de Colorado Springs. Breveté pilote de transport, il entame sa carrière opérationnelle à l’Escadron de Transport 02.061 Franche-Comté, sur C-160 Transall, unité dont il prendra la tête 1991, après avoir fait partie des premiers équipages à être transformés sur C-130 Hercules au cours des années 1980.

Après avoir occupé des postes en état-major et rejoint, en 1995, le Royal Air Force Staff College de Bracknell, il est affecté au cabinet du ministre de la défense comme adjoint au chef de la cellule “Relations extérieures – Monde” avant de prendre les fonctions de chef d’état-major du Groupe aérien européen à High Wycombe, au Royaume-Uni, ce qui lui a permis de diriger les travaux qui aboutiront à la cellule de coordination du transport européen à Eidhoven.

Cet ancien commandant de la base aérienne 105 d’Evreux et auditeur de 58e promotion de de l’Institut des hautes études de défense nationale et de la 55e promotion du Centre des hautes études militaires, a été nommé adjoint Air auprès du chef du cabinet militaire du Premier ministre en septembre 2006. Deux ans plus tard, il rejoint, en qualité de directeur de l’enseignement, le Collège interarmées de défense (CID), qui (re)deviendra, en janvier 2011 et sous sa tutelle, l’Ecole de Guerre.

“L’armée de l’Air m’a toujours donné la chance d’occuper des postes passionnants” a confié, à Air Actualités, en 2011, le général Valentin, qui compte 5.200 heures de vol, dont 520 en territoire hostile.